Confort. Coûts énergétiques. Retour sur investissement. Voilà généralement les termes utilisés pour qualifier le succès d’une installation durable. Dans le cas de la ferme d’élevage et fumoir d'anguilles Rijpelaal à Helmond, il repose sur un critère différent. La nourriture pour poissons. Car si les anguilles de l’élevage le plus économe en énergie d'Europe se sentent bien dans leur bassin chauffé durablement, elles seront en pleine forme, ne mangeront pas trop et feront moins de saleté. Nous nous entretenons avec l'équipe en charge de l'installation qui convertit l'énergie des eaux usées afin d’amener l’eau à la température idéale pour nos heureuses anguilles. Du moins, jusqu’à ce qu’elles arrivent au fumoir.

Ne plus regarder en arrière

« Une bonne alimentation, une température d'environ 24 degrés pour les anguilles adultes et 26 degrés pour les plus jeunes civelles, un bon pH et suffisamment d'oxygène ; c'est le plus important, » explique Johan Meulendijks, fondateur de Rijpelaal. « Nous sommes en pleine croissance », indique Paul Meulendijks. « Notre père est éleveur d'anguilles, mais nous disposons désormais également de notre propre fumoir, d’un magasin, d'un pavillon et d'une boutique en ligne. Je ne peux plus rester ici jusqu’à sept heures du soir pour réguler cette température. Je veux un système automatisé. Sur lequel je peux compter. »

Kevin van der Aa Sales Advisor

Singel Parc Lang 1

Jouer les pionniers avec les paramètres de l’eau

Pour le bien-être des animaux et donc un chiffre d’affaires rentable, il faut un équilibre parfait entre l'oxygène, l’acidité, les bactéries, la température et l’alimentation. « Si vous augmentez la température, vous rencontrerez des problèmes au niveau de l'apport en oxygène, mais si vous la réduisez, les anguilles ne sont pas contentes », indique Johan. « Elles sont incapables de gérer les pics brusques, en particulier au niveau de l’oxygène. Il est donc question d'un savant équilibre entre l’alimentation, les déchets et les bactéries qui les digèrent. »

La technique au service du bien-être animal

Versleijen est une entreprise technique qui a le bien-être animal à cœur. « Nos solutions ne sont pas conçues sur la planche à dessin, mais dans la pratique, purement et simplement, en impliquant le client », explique Bob Versleijen, Sales Manager. « Nous nous occupons du volet technique, et le client détermine ce qui fonctionne ou non. Et nous avançons sur cette base. Nous travaillons avec les pompes à chaleur alpha innotec depuis 15 ans au moins. Il y a encore de nombreuses opportunités dans le domaine agricole, comme la récupération de la chaleur des flux de déchets. Cela permet de rendre l’ensemble du cycle plus efficient. C’est la tâche de notre ingénieur John Verkempen. »

Les eaux usées comme source

« Les cent mètres cubes d'eau dans lesquels nagent les anguilles sont renouvelés avec de l’eau issue d’une source souterraine à 18 degrés », indique John. « Les eaux usées d'une température de 17 degrés sont filtrées biologiquement et passent ensuite par un échangeur. Un échangeur à plaques ne se prête pas à cette configuration. Nous utilisons donc un grand et robuste échangeur tubulaire de 75 kW. Les pompes à chaleur extraient ensuite l'énergie des eaux usées afin de la restituer à l’eau du chauffage central. »

« Il ne tombe jamais en panne. Cette fiabilité opérationnelle est très importante dans le cadre de projets comme celui-ci »

L’eau du chauffage central est ainsi chauffée à 40°C et stockée dans un réservoir tampon de CC de 2 250 litres. L’eau passe ensuite par un séparateur qui sépare l’eau du CC de l’eau de source riche en oxygène et en assure le transfert de chaleur via l'échangeur à plaques. L’eau de source renouvelée qui entre à 18 degrés atteint ainsi une température de 25 degrés. La configuration en cascade est surveillée et gérée à distance.

Une pompe à chaleur, pour une bonne fiabilité

Le local technique accueille trois pompes à chaleur SW302 H3 de 120 kW montées en cascade. « Une pompe à chaleur SW n’intègre pas de système de refroidissement, et une pompe de circulation pour le chauffage central est optionnelle », indique Kevin van der Aa, Sales Advisor chez Nathan. « Il s’agit précisément d’éléments qui ne sont pas nécessaires ici, et qui rendent cette pompe à chaleur intéressante. » « Tout ce dont nous n’avons pas besoin ne s’y trouve pas, et cela nous évite également des frais inutiles », continue John. « De plus, une configuration en cascade de trois SW peut être réglée en trois étapes, ce qui permet également de bien répartir les temps de fonctionnement. Nous utilisons cette pompe à chaleur pour des applications agricoles de manière intensive, et elle ne tombe jamais en panne. Cette fiabilité opérationnelle est très importante dans le cadre de projets comme celui-ci. »

Dimensionnement

Lors du dimensionnement, nous tenons compte d'une puissance légèrement supérieure. Non seulement parce que cela permet de moins solliciter la pompe et d’en augmenter la durée de vie, mais également parce que l’on ne sait avec certitude comment la biomasse présente dans le réservoir influe sur la température. » « En termes d’investissement, une pompe à chaleur supplémentaire ne fait pas une grande différence, mais elle offre plus de sécurité », explique Paul. C’est aussi la raison pour laquelle je privilégie une configuration en cascade à une seule grosse pompe à chaleur. Et à Bob de conclure : « Chez Versleijen, nous installons de nombreuses pompes à chaleur. La standardisation est donc importante. C’est pourquoi nous ne choisissons que les pompes alpha innotec. Cette consistance de la marque les rend très faciles d’entretien. Nous disposons toujours des pièces en stock et nous sommes de vrais experts en la matière. Une connaissance qui est plus importante encore que pour une maison d’habitation. Car si quelque chose ne fonctionne pas, vous devez pouvoir apporter immédiatement une solution. »

Derniers ajustements

Nous procédons actuellement aux derniers ajustements. Nous recherchons encore la manière optimale de nettoyer l'échangeur tubulaire. « L’alimentation des anguilles est composée à 30 % de graisse, » explique Paul. « À 24 degrés, cette graisse est liquide, mais lorsqu’elle refroidit, elle se solidifie et s'accumule. Nous savons désormais qu'il n'est pas facile de l’éliminer avec une simple brosse. Nous allons étudier la possibilité de la déloger à l’aide d’un système à haute pression. Cela demande encore quelques ajustements. » Hormis ces derniers détails, Johan et Paul sont enthousiastes. « La situation est bonne, c’est rassurant et cela offre une certaine sécurité. Nous élevons actuellement 175 000 kilos d'anguilles, mais nous allons passer à 210 000 kilos. Et cela implique des montants beaucoup plus importants. »
Rijpelaal lang 2

Une partie de cette solution totale :

brands_alpha_innotec
Contact Sales FR

Contacter Sales Advisors

Vacatures FR v9

Contacter Nathan